Descartes

Vous venez de terminer la lecture d'un livre qui vous a marqué, vous souhaitez le faire découvrir à d'autres, écrivez ici votre message.
Support
Messages : 724
Inscription : 27 Nov 2004, 14:41
Localisation : France

Descartes

Messagepar Support » 19 Juil 2008, 16:01

Cette rubrique ne semble pas avoir de succès, personne n'a rajouté de sujets depuis deux ans, alors je m'y colle (mais très brièvement car il ne faut pas forcer après une si longue période d'inactivité).

Toutefois à y bien regarder, cette rubrique a fait l'objet de près de 3 000 visites à ce jour, il y a donc un certain intérêt pour le thème, mais peu de plumes pour l'enrichir, avis aux amateurs.

Fouillant dans ma bibliothèque comme chaque fois que j'ai cinq minutes devant moi, je décide de rassembler quelques poches sur la philosophie lue il y a très longtemps et que j'ai envie de revisiter. Je prends une chaise pour accéder à l'étagère philo (il y a 20 ans la philo était placée deux ou trois étages plus bas) et je prends pêle mêle Montaigne,Pascal, Rousseau, Teilhard de Chardin et Descartes.

Je décide de lire une dizaine de pages de chacun de ces auteurs et de pousser plus loin si le coeur m'en dit.

Me tombent des mains, Pascal et Montaigne (mais je reviendrais sur Montaigne c'est promis) et j'entame les Méditations métaphysiques de Descartes, c'est facile à lire et je pousse jusqu'à la page 30, ceci m'incite à poursuivre et j'entame le livre ci-dessous :

Descartes : Discours de la méthode - Précédé de "Descartes inutile et incertain" par Jean-François Revel. Le livre de poche n° 2593 imprimé en 1978.

Livre lu il y a très longtemps que je redécouvre, non pas pour le texte de Descartes, mais pour la préface de Jean-François Revel.
Cette préface est peu conformiste puisque Jean-François Revel veut démontrer que Descartes n'est pas, contrairement à une opinion tenace, un modèle de rigueur intellectuelle et le fondateur du rationalisme moderne.
Je ne suis pas assez calé en philosophie pour gloser sur ce thème, sans doute l'étais-je à l'époque si j'en juge par les paragraphes marqués d'un trait rouge et qui ont dû capter mon attention dans ma jeunesse, mais j'ai apprécié cette longue préface de 86 pages qui "casse" un peu l'auréole intellectuelle de Descartes.
Je résumerai donc mon impression de lecture par ceci :
Après la lecture de cette préface, il n'est plus possible d'utiliser le terme de cartésien comme synonyme de "méthodique" et de "logiquement cohérent".

Kempelen

Revenir vers « Notes de Lecture »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité